Attac mondial pour se réapproprier l’avenir !

Publié le par FATHI CHAMKHI

  

Le 2ième Forum social mondial (FSM) de Porto Alegre (31 janvier-5 février) a été une superbe occasion pour le mouvement Attac pour se retrouver et faire le bilan depuis les rencontres internationales de Saint Denis en 1999. La période est courte, mais le chemin parcouru est important.

Le Mouvement international Attac faisait tout juste son baptême du feu au contre sommet de Seattle, en novembre 1999. Lors du second forum mondial, sa place s’est considérablement renforcée a tel point que c’est le mot d’ordre d’Attac qui est devenu la devise du FSM : « un autre monde est possible ». Ainsi, Attac apparaît, de plus en plus, comme une constituante fondamentale du mouvement social mondial.

Le 3 février 2002, toutes les Attac devaient se rencontrer à Porto Allegre. L’objectif essentiel était de nous rencontrer, militants d’Attac venus des quatre coins de la planète. Il y avait bien entendu d’autres points à l’ordre du jour (agenda, campagnes internationales, structures internationales, nouvelle plate-forme du mouvement..) mais c’est le plaisir d’être ensemble qui reléguait à la deuxième position toutes les autres questions.

Tout le monde savait qu’Attac est en train de se développer rapidement à travers le monde, et que le nombre de pays où elle existe déjà a dépassé la quarantaine. Mais, c’était vraiment quelque chose de nous rencontrer dans une même salle, toutes les délégations nationales. Nous en étions drôlement impressionnés.

Attac est née en France le 3 juin 1998. Mais, très vite, en moins de quatre ans, elle s’est crée spontanément dans plus de 40 pays dont la Tunisie. Il est vrai que jusqu’à présent, Attac progressait beaucoup plus facilement en Europe, où elle existe déjà dans 20 pays. Mais, depuis un an, elle fait une percée phénoménale en Amérique Latine : déjà 12 Attac nationales, notamment au Brésil et en Argentine. L’Afrique n’est pas du reste (Burkina-Faso, Cameroun, Cote d’Ivoire, R. Congo D., Maroc, Mali, Sénégal, Tunisie). Depuis peu, Attac commence à prendre pied en Asie ; Attac Japon existe déjà, et une délégation Sud coréenne était présente.

Si toutes ces organisations se reconnaissent dans la plate-forme du mouvement international Attac, adoptée en décembre 1988, chacune a également son histoire et son mode de fonctionnement propres. Il s’agit d’un réseau sans tête de réseau, au sein duquel l’information circule de manière permanente grâce à ces outils mis en commun : documents de travail, site et journaux électroniques multilingues (http://attac.org ; malheureusement verrouillé par la police d’Internet en Tunisie depuis décembre 1999), grâce aussi à des rencontres continentales et mondiales…

L’idée sur laquelle est construite Attac est simple, c’est l’évidence même : la mondialisation libérale est… mondiale. Les résistances à lui opposer et les alternatives à élaborer contre elle ne peuvent donc, pour être efficaces, que se situer au même niveau. Cela ne signifie en rien que les échelons intermédiaires (c’est-à-dire pour nous tunisiens, la Tunisie et le monde arabe) perdraient de leur importance : si la définition des objectifs est transfrontalière, leur mise en œuvre s’effectue dans des situations nationales spécifiques, sans mode d’emploi unique.

Attac monde est devenue une réalité. La prédominance des Attac du Nord, qui a fortement marqué le mouvement à ces débuts, cède la place rapidement à une diversité et à une pluralité de plus en plus marquées. Ce sont surtout les Attac d’Amérique Latine qui sont en train d’enrichir le mouvement.

Du coup, nous avons décidé, lors de la réunion d’Attac monde à Porto Alegre, de convoquer une sorte de congrès international d’Attac, afin de mettre au point une nouvelle plate forme internationale, de discuter de la structuration mondiale du mouvement, de débattre de nouveau thèmes et d’approfondir la réflexion du mouvement sur bon nombre de questions qui touchent pratiquement à tous les aspects de la situation sociale mondiale.

Et nous, Arabes, dans tout cela ? RAID Attac Tunisie a été l’une des toutes premières associations à ce constituer (septembre 99). Mais, pour plusieurs raisons, dont surtout la confiscation des libertés fondamentales qui prévaut dans notre pays, le projet à tendance à patiner. Pourtant, dieu sait combien de pain nous avons sur la planche.

Par la suite, Attac Maroc est née (juillet 2000). Des tentatives sont en cours pour la création d’associations de type Attac en Algérie, Egypte, Syrie et au Liban. Mais, force est de constater que cela ne démarre pas comme il faut. Sauf, peut être au Liban, où après le dernier Forum sur l’OMC, les choses commencent à bouger sérieusement à ce niveau.

Nous sommes convaincus, que Attac monde est aujourd’hui une opportunité pour tous ceux qui pensent qu’il faut agir rapidement pour stopper le train fou de la mondialisation libérale et notamment après les événements du 11 septembre. En effet, depuis cette date il y a vraiment urgence ; tant les dynamiques militaristes, anit-sociales et attentatoires aux libertés, que ces événements ont servi à justifier, n’ont fait qu’aggraver les problèmes que connaissent déjà le monde le 10 septembre.

De plus, il est apparu clairement qu’Attac Monde est en train de jouer un rôle de plus en plus déterminant au sein du mouvement social mondial qui connaît lui aussi une progression remarquable.

En ce qui nous concerne, nous nous sommes appuyé sur cette réalité pour faire avancer notre projet d’organiser un second sommet social méditerranéen opposé à la logique libre échangiste du processus de Barcelone et de ses traités bilatéraux dits de partenariat. En effet, le projet notre projet commun se concrétise de plus en plus afin de tenir ce sommet social lors de l’ouverture du sommet (ainti-social) euro-méditerranéen des ministres qui se tiendra à Valence (Espagne) le 21 avril prochain.

Je saisis cette nouvelle opportunité qui m’est offerte par Alternatives Citoyennes pour lancer un appel à toutes les Ong de l’Inter-associative, à l’UGTT et à la C.G.T. et à toutes celles et tout ceux qui veulent agir pour une Tunisie juste, solidaire, démocratique et durable.

 

 

Février 2002

 

Fathi CHAMKHI

Porte parole de RAID Attac Tunisie

Publié dans ALTERMONDIALISME

Commenter cet article